La part des lâches

Marguerite Boutrolle
Portrait d’une jeune génération qui prône un meilleur usage des ressources humaines et cherche des modes de vie alternatifs, au risque de s’isoler, La Part des lâches interroge avec un grand sens de l’à-propos les contradictions contemporaines sans manichéisme ni prosélytisme. « Dans La Part des lâches, je tente de développer la trajectoire d’un individu qui cherche sa place à deux niveaux : au sein d’un groupe restreint et à l’échelle du monde dans lequel on vit, en crise écologique et sociale. Ville ou campagne ? Argent ou décroissance ? Liberté individuelle ou interdépendance groupale ? Autant de questions qui traversent mon héroïne, Aby. » Dans un décor de campagne conduisant au rêve comme au retranchement, à la légèreté comme à la mélancolie, Marguerite Boutrolle use d’une teinte profonde et d’un trait appuyé pour dérouler l’escapade d’un personnage, d’un monde, en quête de sens.

Description

à propos

En pleine période de remise en question professionnelle et amoureuse, Aby décide de rejoindre la colocation de son amie Jet, en Auvergne. Elle y fait la connaissance d’un petit groupe de néo-ruraux hauts en couleur, aux discours libertaire et anticapitaliste. Tentée par l’exode urbain et des pratiques plus respectueuses et proches de la nature, mais peu habituée à la vie en communauté, la jeune femme ressent vite le besoin de troquer les murs partagés pour la quiétude de la forêt. Bientôt, Aby est initiée aux propriétés des champignons hallucinogènes par une marginale pour laquelle elle se prend d’affection. De là à passer de la théorie à la pratique…

Feuilleter

Extrait

Interview

interview

La presse en parle

presse

Du même auteur

à propos

Auteur(s)

Informations

Marguerite Boutrolle